Etienne Racine

On se trouve ici en Andalousie (Espagne) dans l’une des mille casetas de la Feria de Seville, en avril 2016. Les danseurs se succèdent dans une atmosphère joyeuse, au son de la ‘Buleria’, un flamenco très festif et chambreur.

Les casetas sont des constructions temporaires dans lesquelles se regroupent chaque année depuis plus d’un siècle des familles et des confréries. On n’y rentre que sur invitation. Les sévillans qui m’ont introduit dans cet endroit étaient eux-mêmes impressionnés par la beauté et l’authenticité du moment.

J’aime la photographie de rue parce qu’elle est libre et imprévisible.
Elle donne à voir l’humain dans sa diversité, d’une façon à la fois intuitive et profonde.

Vous pouvez voir mes photos sur les murs d’Arles et me retrouver dans la galerie au 17 rue du Cloître, près de la place de la mairie. J’y serai jusqu’à fin septembre.

Prenez soin de vous,
Étienne @ Arles, édition covid 2020